BERNARD PERROY

sa poésie, ses collaborations, ses liens...

 

 « La nuit comme le jour » (Extraits)

 
La vie se donne à merveille
et ruisselle
dans le pur frissonnement
d’un arbre fragile
se laissant bercer
par le vent.
 
*
La vie sait nous mouvoir,
nous tirer vers l’avant,
nous tendre vers quelle présence
plus vaste que nous mêmes ?
 
Dans le même temps,
elle nous respecte,
nous mendie
et s’abîme d’attente,
 
ne pouvant rien
sans notre consentement.
 
*
Naître à la tendre terre
malgré les visages amincis
ou les violences reconduites d’âge en âge,
 
malgré le ciel
quand il s’alarme en sombres présages.
 
La tendre terre essuie nos larmes
et nous parle d’attente apaisée
parmi ses contours multiformes
 
et l’exemplaire beauté de son abandon…
 
*
La nuit s’ouvre sur un champ d’étoiles
et le cœur
sur son puits de lumière.
 
*
L’armoire s’ouvre,
et la fenêtre à deux battants.
 
Il entre dans la pièce
un léger coulis d’air
aux notes blanches,
 
et la lavande dans l’armoire
distribue ses parfums
qui se laissent rejoindre
par le parfum des fleurs
et des plantes sauvages,
dehors,
 
tandis qu’à l’intérieur,
les yeux de la solitude
se laissent laver
par tant d’accords.
 
© « La nuit comme le jour », préface de Gérad Pfister
éd. La Nouvel Athanor, 2012


*



 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement