BERNARD PERROY

sa poésie, ses collaborations, ses liens...

 

          Livre après livre

                

 

« Que dire, que faire, lorsqu’il n’y a plus que cela, « le pur frissonnement/ d’un arbre fragile// se laissant bercer/ par le vent » ? Nos savoirs sont bien vains, nos paroles inutiles. Il n’y a plus qu’à se taire, qu’à écouter. En toute disponibilité, en toute vacuité. » écrit Gérard Pfister dans sa préface. Les textes de ce recueil, tissés d’une note à la fois nocturne et lumineuse, poursuivent cet itinéraire où la vie, ses joies, ses peines, éduquent nos cœurs à l’espérance : après la nuit, l’aube advient comme une « seconde naissance ». « La nuit s’ouvre sur un champ d’étoiles/ et le cœur/ sur son puits de lumière ».
 

"La nuit comme le jour" - Bernard Perroy, préf. G. Pfister
éd. Le Nouvel Athanor, mai 2012, 76p, 15€
ISBN 978-2-35623-032-4

 

*

Loin d’élever une barrière entre le monde et nous, l’attention à Dieu nous dispose au contraire à mieux « goûter » ce qui nous entoure, et la poésie de Bernard Perroy nous en convainc à chaque page. La parole même du poète est guidée, dans son appréhension des choses et des êtres, par le souffle qui les a créés et continue de les déployer : « Apprendre à reconnaître en toute chose ce que nous ne pourrions saisir seuls et nommer, si tu n’étais là à souffler dans notre regard les mots de ta clarté… » Et l’auteur saura, dans cette joie vulnérable qui n’a rien de factice ni de triomphant, « trouver la part du ciel/ dans l’éclosion promise/ du mimosa… » Jean-Pierre Lemaire (extrait de préface)


"Une joie tremblante" - Bernard Perroy, préf. J.-P. Lemaire
Éd. Ad Solem, mai 2012, 87p,
21€,
ISBN 978-2-940402-43-4

*


  couverture plus haute branche Bd Perroy

"Sur la plus haute branche" n’est pas la quête des cimes ! Le poète cite en exergue les mots d’Anne Perrier : « Nous avions cru chanter sur la plus haute branche et nous n’étions qu’à peine au-dessus des grenouilles. » Ces poèmes témoignent plutôt d’une « traversée » : celle de toute vie avec ses attentes ou ses éblouissements. Des « mots échoués sur l’établi du temps ». Des amitiés avec poètes et peintres. Une « promenade » bavarde ou silencieuse dans les déserts, les bocages ou autres pays rencontrés sur cette terre. Une escapade aussi dans les contrées du cœur. sans oublier ces « enjambées dans les territoires du sourire »…


"Sur la plus haute branche" - Bernard Perroy
exemplaires de tête enrichis d'une peinture de N. billecocq
édition Sac à Mots (2011), 15€
ISBN 978-2-915299-46-5


   *
 

                             
 

"Ce "Petit livre d'impatience" ne dissimule pas les doutes de son auteur. D'où les nombreuses questions que pose bernard Perroy : ce n'est pas de la voix qu'il doute, mais de ses propres forces. Est-il siffisamment "désencombré", suffisamment scrupuleux, attentif ? Le livre devient alors un "dialogue", un dialogue "fertile", "avec cette voix / qui (le) désire / toujours plus libre". L'impatience est évidente, elle est inévitable, mais elle ne serait qu'une preuve de plus de notre avidité si elle n'était tempérée par la "patience". C'est cette tension qui anime tout le livre." Extrait de la préface de Pierre Dhainaut
 

"Petit livre d'impatience" - Bernard Perroy -
Couverture, Hamid Tibouchi
Préface Pierre Dhainaut
éditions Le Petit Pavé (2011), Collection Le Semainier, 80p, 12€
ISBN 978-2-84712-301-2

 

*
 


 

  Un fleuve, une vie, des souvenirs… et le chemin nous mène plus loin encore tandis que le soleil se couche sur nos mots… Le tout  en 7 couples de poèmes.

  À l'enseigne de la revue “Poésie en voyage”, la collection “La Porte” d'Yves Perrine nous propose sous un format 10×14, dans la tradition des rares et précieux “minuscules” notamment illustrée par Guy Levis Mano et Pierre André Benoit, des inédits de nombreux auteurs  : Bernard Noël, Jean Rousselot, Andrée Chedid, Hélène Cadou, Max Alhau, Gilles Baudry, Antoine Emaz, Jean-Pierre Boulic,  Jacques Ancet, Jean Lavoué, Marcel Migozzi…
 

“Si nous savions vraiment” -  Bernard Perroy

éditions La Porte (2011) - tiré à 200 exemplaires - 3 € l'ex.

(6 numéros 18 €, port compris pour la France /

Yves Perrine, 215 rue Moïse Bodhuin, 02000 Laon)

 

*


 

   Poème unique en sept parties de sept poèmes (et un interlude), poème d’encre et de mots…

   « Une gorgée d’azur » nous invite à nous aventurer dans la « partition indigo de la vie », à céder à la « tentation du bleu » qui se livre continuellement du « dedans » ou du « dehors » de nos cœurs… Cette « part azurée » pourrait signifier cette part de mystère et de joie qui nous habite malgré toutes les difficultés de la vie…

  Laissons-nous bercer par cette mélodie des mots et des images « pour vivre seulement de cela / qui perle du cœur / comme l’azur / à toute heure, / quel que soit l’écho / des larmes versées / ou des bonheurs. »

 

“Une gorgée d’azur” - Bernard Perroy -
avec 49 encres de Rachid Koraïchi
éditions Al Manar (2011), Collection Méditerrannée, 50p, 16€

28 ex de tête, rehaussés d’un dessin aux encres de couleurs par Rachid Koraïchi, ISBN 978-2-913896-89-5

 

*

 

   Sept fois sept, quarante-neuf… C’est le nombre des courts textes de Bernard Perroy et des encres de Chine de Rachid Koraïchi, qui se confondent en un seul chant, en un seul poème de sept parties.

  Pour les deux hommes, dont les parcours se rejoignent, le chiffre sept est d’importance… Chiffre parfait, chiffre de plénitude. Il est entre autres à rechercher en marchant, en vivant, en dessinant, en écrivant, en aimant…

  Sept, le chiffre du « mystère rayonnant ». Et s’il y a une perfection à rechercher ici-bas, ce serait bien avant tout, pour les auteurs, celle du cœur…

“Cœur à cœur” - Bernard Perroy -
avec 49 encres de Rachid Koraïchi
éditions Al Manar (2006), Collection Méditerranées, 120 p, 18 €

7 ex. de tête tirés sur Arches, rehaussés d'un dessin aux encres de couleur par Koraïchi, 400 € ISBN 2-913896-44-8

 

*

 

    « Ouvrir comme un fruit savoureux le mystère des êtres et des choses cachées. En boire le suc : tel est l’art de Bernard Perroy (…) Il sait que le poème, comme le “visage” (omniprésent ici, il rime avec “paysage”), voile autant qu’il révèle ; que l’écriture est apprivoisement de l’inconnu. » mentionne Gilles Baudry dans sa préface.

   À travers les milles rendez-vous du quotidien, paysages et visages renvoient à ceux du cœur dont la quête assoiffe ou illumine le parcours quand il convient sans cesse de désapprendre pour laisser à la vie sa capacité d’étonnement…

  Une écriture limpide, un murmure toujours musical…
 

“Un soir où le soleil d’octobre…” - Bernard Perroy -
préface de Gilles Baudry
éditions Sac à mots (2005), 72 pages, 13, 50 €
60 exemplaires de tête enrichis d’une encre de Pascale Nouailhat
ISBN 2-915299-10-2

 

*

 

   Jacques Basse, poète lui-même, est également portraitiste. Ses anthologies rassemblent chacune une centaine de “Visages” de poètes, accompagnés de poèmes et dédicaces des auteurs, le tout agrémenté d'une biobibliographie.

   Riche promenade où les traits et les mots établissent une galerie de portraits tous azimuts que nous avons la joie de revoir ou de découvrir : S. Arabo, J.L. Aribaud, P. Auster, G. Baudry, J.C. Carrière, B. Clavel,  D. Corre, J.M. Gilory, J. Hourlier, M. L'Hostis, E. Orsenna, B. Perroy, G. Pressnitzer, A. Schmitz, C. Serreau, M. Tournier…
 

“Visages de Poésie”
Portraits crayon & Poème dédicacés
de Jacques Basse
éditions Rafael de Surtis (2010), 400p, 25€
ISBN-978-2-84672-186-8

 

*

 

   « Une réelle diversité des poètes choisis qui donne un excellent aperçu des forces vives de la poésie d’aujourd’hui. Un résultat étonnant et séducteur où tous les horizons de l’espace francophone sont présents.

  Le seul ouvrage ayant osé rassembler des poètes aussi éloignés que Julien Blaine et Francesca-Yvonne Caroutch, Jean-Pierre Boulic et Hervé Brunaux, André Velter et Robert Momeux, Charles Juliet et Salah Stétié, Marie-Claire Bancquart et François Caradec, Bernard Noël et James Noël, Jean Ristat et Bernard Perroy !

  À force d’être ouvert, le compas trace une circonférence et présente alors un panorama juste de l’année. » Avec un annuaire très complet des revues, éditeurs, sites et organismes… (Danny-Marc dans “Les Cahiers du Sens”)
 

“L’Année Poétique 2008″
présentée par P. Delbourg, J.-L. Maxence et F. Trocmé
éditions Seghers (2008), 280 pages, 19€
ISBN 978-2-282-12300-9

 

*

 

   À la question « Qu’est-ce que la poésie ? », ils sont 34 poètes à avoir osé donner librement leur point de vue, et répondent souvent qu’ils ne savent pas bien ! Mais qu’ils savent quand même un peu…

  Leurs réponses sont surprenantes, aussi bien sur le fond que sur la forme. Elles se complètent sans jamais se contredire, s’interpénètrent sans redondance… Un ensemble inédit qui offre une synthèse très vivante de ce qui se vit de l’intérieur chez des poètes comme S. Wellens, C. Gibelin, O. Caradec, G. Baudry, M.F. Lavaur, R. Sabatier, B. Perroy, G. Le Gouic, E. Hiriart, J. Dubacq, J. De Jesus-Bergey, J.-C. Coiffard, A. Chaumorcel, M. Morillon-Carreau, Y. Cosson, J. Breton, M.W. Labidoire…
 

“Vous avez dit Poésie ?”
Avant-propos de Jean-Marie Gilory
édition Sac à Mots (2003), 137 pages, 15€
ISBN 2-915299-10-2

 

*

 

   Depuis toujours, l'homme a cherché à Dire Dieu, à dialoguer avec lui. En ce début de siècle inquiet, l'homme continue à lancer vers le Créateur des cris de détresse ou de joie dont certains méritent qu'on les fasse nôtres. Jean-Luc Maxence les a rassemblés ici en un témoignage polyphonique.

  Ces textes, insolites, émouvants, de personnalités connues ou inconnues, de croyants ou d'incroyants, témoignent du besoin de transcendance que nous éprouvons tous… Le livre réunit des auteurs comme Jean-Pierre Boulic, Dominique Daguet, Bernard Jakobiak, Étienne Orsini, Rémi Pelon, Bernard Perroy, Gérard Pfister, Jean-Claude Renard, Claude-Henri Rocquet, mais aussi des personnes qui ont signé : anonyme, des mots recueillis sur un cahier de paroisse, un couple indien, et tant d'autres…

 

“Anthologie de la prière contemporaine”
avec une introduction de J.L. Maxence
éditions Presses de la Renaissance (2008),
257 pages, 18, 50 €
ISBN 978-2-7509-0260-5

 

*

 

    La beauté des paysages traversés qu'exaltent les magnifiques photos d'Yvon Boëlle se reflètent dans la force poétique et spirituelle des textes choisis par Luc Adrian. Ces instants uniques, ces paroles de vie sont autant d'invitations à la méditation.

   Jour après jour, ils accompagneront et nourriront ceux qui sont partis, ceux qui projettent de partir et tous ceux qui ne le pourront pas, mais qui souhaitent néanmoins faire de leur existence un chemin de lumière et vivre cette année comme un pèlerinage intérieur.
 

“365 méditations sur les chemins de Compostelle”
Textes rassemblés par Luc Adrian
Photographies de Yvon Boëlle
éd. Presses de la Renaissance (2006), 730 pages

ISBN-10: 2750902452 / ISBN-13: 978-2750902452

 

*

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement